une petite précision s'impose


Ce blog de voyage, conçu pour raconter notre périple en voilier, s’est transformé progressivement en un blog hébergeant des articles hétéroclites. Ils sont les récits d’autres périples, plus cérébraux que physiques.
Ma compagne préfère ce style de voyage. Une préférence extrémiste, je suis enfermé à double tour dans un cabinet noir. Seul un clavier lumineux me permet de communiquer avec le monde extérieur.







dimanche 15 janvier 2012

Vacances

Le blog a été fermé quelques jours. Des vacances imposées par Aso ont permis l’ouverture du cabinet noir et la fermeture du portable.
Nous nous sommes réfugiés quelques jours à la neige dans une station de moyenne altitude qui lorsque nous y étions, se nommait Praz sur Arly. Louise y a découvert les joies du ski, Antonin la résonnance de son cri de guerre, Aso les joies de la luge, et votre serviteur l’allergie à la neige.
La météo a été, cette fois-ci, clémente. Juste avant notre arrivée, il est tombé pratiquement un mètre de neige, puis durant notre séjour, le soleil a supplanté tous ses concurrents.
Louise a eu de la chance, de nombreux enfants de son âge avaient séché les cours et partageaient les moments de détentes avec elle. Un beau garçon de quatre ans a croisé son chemin et ce fut… son premier amour de vacances. Évidemment, je n’ai pas accepté un tel comportement, j’ai enfermé ma fille à double tour dans sa chambre.
Quel plaisir de fréquenter des enfants qui n’imposent pas leurs idées par la force ! Bref pour elle ce fût le bonheur total.
Mes deux grands enfants ont découvert les bonheurs de la frustration. Pendant que leur petite sœur s’éclatait, ils usaient leur fond de culotte sur les bancs de l’école. Ne soyez pas triste, je vous ai ramené un seau de neige.

video
Louise et Aso

video
Le moyen de transport d'Antonin durant les vacances.



video
Antonin dans son cosy, Louise, et papa font de la luge.


video
Accident


video
Départ pour le cours de ski.



La luge c'est sympathique cinq minutes,
 les seins de maman c'est craquant toute une vie
 
Je crois que je me suis trompé de papa.

Ouf ! c'est le bon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire